Le facteur X et l’alliance objective

Un nouveau texte sur Besancenot et Mélenchon vous allez me dire ! Eh bien non ! Cherchez un peu plus vers la droite, et vous verrez un candidat socialiste, une candidate pour être précis, qui pourrait avoir (à nouveau) un rôle important pour les prochaines élections de 2012.

Je vais donc avancer une idée concurrente d’une des idées que j’avais exprimées il y a quelques semaines : Ségolène Royal pourrait être, à notre grande surprise, élue Présidente de la République en 2012, grâce à une « alliance » avec Europe-Ecologie (et non plus avec Bayrou, comme j’avais avancé l’hypothèse) avant même les primaires de gauche, qui s’annoncent compliquées et avec des affrontements potentiels durs entre les différents pré-candidats de gauche !

Après le choc que vous avez ressenti en lisant ces lignes, et puis le sourire en coin qui est apparu sur votre visage (voire le rire à gorge déployée, ou même le rire jaune), il me faut expliquer le pourquoi du comment de ce retournement de situation pour le moins inattendu.

Après le visionnage de qu’on pourrait appeler un débat entre Ségolène Royal et Daniel Cohn-Bendit (VIDEO 1VIDEO 2VIDEO 3), sur la télévision publique avant-hier, débat dirigé par Arlette Chabot (qui joue les intermédiaires entre le PS et les écologistes), j’ai pu écouter (et observer) la stratégie de communication et le positionnement de Royal par rapport au reste du PS et à Europe-Ecologie.Voici mes conclusions :

  • Royal n’écarte pas l’idée de se présenter seule, sans le PS, guidée par son égocentrisme hyper-développé (très visible quand elle répète à tours de bras que tout ce qui a été fait dans sa région a été fait grâce à ELLE !) comme elle l’avait déjà annoncé
  • Mais surtout, son discours politique reprend très clairement celui des écologistes, non pas parce qu’elle serait plus écologistes qu’eux (bien qu’elle le répète à l’envie), mais parce qu’elle a bien compris que le message de la « transformation/mutation sociale et écologique » est un thème porteur.
  • D’autant plus qu’il faut admettre qu’elle a su mettre en place certaines initiatives (comme sur les circuits-courts de production agricole, les énergies renouvelables, reprise des entreprises menacées de délocalisations sous forme de coopératives, etc…) dans sa région lors du dernier mandat et qu’elle semble vouloir continuer durant les prochaines six années.
  • Elle reprend également la stratégie de l’ouverture, non seulement aux membres et élus du MODEM, de la gauche radicale et des Verts, mais aussi des syndicalistes, qu’elle met beaucoup en avant, même s’ils sont très peu nombreux. Ce discours s’est clairement mis en place lors de la dernière année durant laquelle Europe-Ecologie a misé sur la participation de membres reconnus de la société civile sur ses listes européennes et régionales.
  • Cependant, on sent qu’elle va essayer de gagner des voix des Verts (c’est la stratégie globale du PS), en répétant qu’ELLE veut une écologie sociale, qui ne soit pas punitive. C’est un vieux refrain (utilisé presque indifféremment par le PS et l’UMP) à propos des Verts qui seraient soi-disant pour un retour à l’âge de pierre (ça c’est plutôt le discours de la droite), ou contre les pauvres (et celui-ci de la gauche) !

L’autre pré-candidat qui a de bonnes chances d’arriver en tête aux primaires « de gauche » annoncées pour 2011, Dominique Strauss-Kahn, actuel Président du FMI, n’a pas pris publiquement position, certainement trop occupé par ses activités actuelles à Washington, et aux quatre coins du monde pour aller garantir de nouveaux prêts aux pays en développement (et à la Grèce à ce qu’il parait !) Et au niveau de son discours écologiste, il n’est pas encore vraiment crédible (à vrai dire plus par son silence que par des positions anti-écologistes affirmées).

Au-delà de ces deux pré-candidats, on peut observer le positionnement actuel du PS par rapport à une possible union PS-Europe-Ecologie avant le premier tour des élections présidentielles. Il paraît y avoir un climat plutôt favorable et (certainement avec l’idée de se contenter de donner des miettes de pain aux écologistes en échange) même si certains (comme Martine Aubry, qui a elle aussi beaucoup de mal avec le discours écologiste qui sonne très faux dans sa bouche) se déclarent sceptiques. Sans parler de Hollande, qui se prépare pour les primaires, mais qui aura certainement moins de chances que les 3 autres.

Etant donnée le leadership charismatique et la capacité de facto de Cohn Bendit de faire triompher ses idées dans cette future « coopérative » écologiste, en particulier sa proposition de ne pas présenter de candidat écologiste aux élections présidentielles de 2012, on peut facilement imaginer qu’Europe-Ecologie tentera de négocier un rapport de force le plus favorable possible avec le candidat PS le plus proche idéologiquement, ou le candidat qui aura le plus besoin de lui.

Dans les deux cas, il semble que Ségolène Royal soit cette personne. Isolée au sein du PS (volontairement en partie), avec beaucoup moins d’appuis qu’il y a quelques années, et clairement la plus écologiste des trois pré-candidats PS les plus cotés, la grande perdante de 2007 pourrait elle aussi voir une grande opportunité d’augmenter ses chances de dépasser le charismatique et crédible Strauss-Kahn, ainsi qu’une Martine Aubry en vogue à la tête du PS.

Cela pourrait aboutir à la formation d’un « ticket présidentiel » à l’américaine dès les primaires (Royal + une personne d’Europe-Ecologie), avec une chance plus importante d’arriver en tête. Et cela pourrait se traduire en une situation très favorable pour Europe-Ecologie lors de la formation du futur gouvernement (si ce ticket gagne l’élection face à la droite), avec l’obtention possible du siège de premier ministre et un bon tiers des portefeuilles ministériels.

Je viens de retrouver une vidéo de fin 2006 où Daniel Cohn-Bendit disait qu’il aime le style Royal, sa prise de risque, ses propositions, qu’elle fait une bonne campagne, de quoi nous donner du grain à moudre:

Si c’était la stratégie suivie par Europe-Ecologie, ce serait une manœuvre politique astucieuse (et un peu risquée), répondant à la volonté affichée, tant des Verts que de Cohn-Bendit, de créer un rapport de force avantageux avec le PS, pour pouvoir peser lors du mandat présidentiel 2012-2017. Et du côté de Ségolène Royal, ce pourrait être la seule manière de passer au second tour sans diviser la gauche (ce qui pourrait avoir comme effet le passage au deuxième tour de la gauche radicale ou de Marine Le Pen)…

Qu’en sera-t-il ? Quelle sera la stratégie d’Europe-Ecologie ? Quelle sera celle de Ségolène Royal ?

On verra ça l’année prochaine, on aura le temps d’y repenser !

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: